Siège de la communauté de communes des deux rives

Réhabilitation et extension des locaux communautaires à Valence d’Agen (82)
maître d’ouvrage Communauté de communes des deux rives, SEMATEG moa mandataire
maître d’œuvre marjan hessamfar & joe vérons architectes associés mandataires, beterem bet tce, voxoa économiste, amacoustic acousticien
mission loi MOP + EXE
démarche HQE
montant des travaux 5 247 423 € ht
surface 2 886 m² shon
phase livré (extension en 2018 – réhabilitation en 2019)

 

 La parcelle d’intervention possède un fort potentiel de par sa situation géographique et son histoire. Elle se situe en entrée de ville  et les bâtiments qui y sont actuellement implantés sont les vestiges d’un couvent datant du 17ème siècle.

Notre proposition architecturale s’appuie sur les points forts du site, sur sa valeur patrimoniale, en les réinterprétant dans un langage architectural contemporain.

Le bâtiment existant est une œuvre architecturale qui satisfait ses usagers et qui a su s’insérer dans le site de manière simple et adaptée. La liaison avec le nouveau bâtiment se fait par le biais d’un joint creux vitré. Cette jonction, qui est avant tout un impératif fonctionnel pour circuler aisément dans l’ensemble des services, permet également de ne pas mettre en confrontation deux langages architecturaux mais de créer un lien plus subtil entre deux entités complémentaires. Le bâtiment existant est ponctuellement modifié sur sa façade sud pour accueillir cette jonction. L’extrémité sud de la toiture est également refaite à l’identique de la partie située côté nord afin de recomposer une toiture à quatre pans couronnant le bâtiment de manière homogène.

Le bâtiment d’extension se compose en strates horizontales (soubassement en béton, interstice vitré et volume en bois). Le fonctionnement interne du projet découle aussi de cette logique en strates, où chaque strate est dédiée à une entité programmatique définie. Le bâtiment existant conserve au maximum sa partition et sa distribution d’origine. Il continuera à accueillir le pôle social et le pôle élus, ainsi que les archives au sous-sol.

L’interstice vitré abrite les espaces nobles du programme tels que la salle de conseil, l’accueil et la salle de réception. Cet espace entièrement vitré et généreux s’ouvre au sud sur une terrasse surplombant la ville basse et au nord sur l’esplanade principale et la ville haute. L’ensemble est traité en harmonie avec l’environnement bâti.

En partie haute, le volume en bois accueille les bureaux de la Communauté de Communes. Le noyau central d’espaces servants et de circulations verticales permet d’aménager des couloirs pour desservir tous les bureaux efficacement. Ceux-ci s’organisent le long des façades pour profiter des vues et de la lumière. La résille en bois qui habille tout le volume agit comme une protection solaire.

Le soubassement en béton blanc comprend deux niveaux. Un niveau qui donne sur le parvis bas et qui accueille le parking. Un subtil travail de glissement entre deux murs courbes permet d’intégrer l’entrée du parking. La partie haute du soubassement, composée par une alternance de pleins et de vides reprenant le langage des meurtrières, offre une zone de réserve immobilière (bureaux) qui s’organise le long de la façade pour profiter de l’apport de lumière naturelle et des vues sur le paysage.  Le reste du parking se situe derrière ce plateau. L’alternance de pleins et de vides crée une protection solaire efficace sur les façades Sud et Ouest tout en préservant l’aspect monolithique du mur.

Le traitement des abords de l’entrée de ville a été repensé pour mettre en valeur l’unité architecturale entre les remparts existant et le soubassement en béton. Un parvis constitué d’emmarchements et planté d’arbres permet d’aménager un espace en continuité avec le socle minéral du projet et des remparts. Ce parvis permet de faire respirer l’entrée de ville et de donner suffisamment de recul pour mettre en scène l’unité architecturale entre le projet et les remparts.