Extension de l’école d’ingénieurs ESTIA

Extension de l’école d’ingénieurs ESTIA à Bidart (64)

maître d’ouvrage CCI de Bayonne Pays Basque
maître d’œuvre marjan hessamfar & joe vérons architectes associés mandataires, XB architectes cotraitants, vivalto bet tce, nobatek bet hqe, sabine haristoy paysagiste, emacoustic acousticien
mission loi MOP – signalétique
montant des travaux 8 190 000 € ht
surface 4 363m² SDP
phase concours décembre 2016

 

Le projet, situé sur le site technopolitain Izarbel à Bidart, a pour objet l’extension de l’École supérieure des technologies industrielles avancées (ESTIA) par la construction d’un nouveau bâtiment nommé ESTIA 3.

De par sa position stratégique au cœur du Campus, cette extension constituera un point d’articulation incontournable entre les bâtiments existants (ESTIA 1 et ESTIA 2) et le  technopôle. A ce titre, le projet architectural doit donc se rattacher et participer à un projet urbain et paysager global.

Le programme du bâtiment ESTIA 3 comprend:

– des espaces de formation (amphithéâtres de 300 places et 2 salles en gradins de 125 places, salles de travaux pratiques, salles de travaux dirigés, une halle technologique),
– des espaces de vie étudiante (halle mixte pour examens, activités collectives, forums, etc… ainsi qu’un espace inter-associations),
– des espaces de recherche et d’innovation (plateformes et bureaux de chercheurs),
– des salles de réunion
– des espaces extérieurs (parvis couvert, stationnement enterré pour 80 places).

Notre parti-pris architectural découle ici aussi bien de la spécificité du site (forte déclivité, position stratégique…) que des besoins programmatiques. Ainsi, le projet s’inscrit dans la pente naturelle de la parcelle à travers un bâtiment relativement compact de hauteur raisonnable qui semble faire partie du paysage. Un subtil jeu de volumes posés au-dessus d’un talus crée un paysage habité. Les entités créées sont marquées par de grandes fenêtres qui cadrent sur le paysage lointain. Celles-ci, à l’échelle du paysage qu’elles offrent, abritent de généreuses terrasses extérieures. Ce jeu de volumes simples ancrés à la topographie et ponctués de grands cadres, offre un langage architectural puissant et iconique. Le grand paysage entre au cœur du dispositif et crée un dialogue puissant et réciproque entre l’intérieur et l’extérieur.

Notre projet se caractérise par sa rue intérieure qui est au cœur de notre dispositif spatial et fonctionnel. Véritable épine dorsale du projet, elle se lit comme une grande faille traversant le projet dans sa longueur.

Elle permet à la fois l’accueil des visiteurs, la distribution vers les différents espaces du projet et sert également d’espace de pause et de représentation ouvert sur le paysage. Cette rue intérieure sera le premier point de contact entre l’univers extérieur et l’établissement.

ESTIA 3 se veut être le bâtiment vitrine du campus. La question de la représentativité du projet à l’échelle du campus revêtait donc une grande importance, c’est pourquoi nous avons souhaité créer une façade entièrement dédiée à l’entrée. Elle se compose d’un cadre en béton lasuré et en bois dans lequel s’inscrit une façade entièrement vitrée. Cette façade se lit de manière frontale, en continuité avec le parvis triangulaire qui reprend la forme de la parcelle et permet de relier le niveau d’entrée du bâtiment avec la pente naturelle de la voierie. Il se dessine comme une esplanade composée de marches et de gradins paysagers.

Le cadre en béton et en bois, tout comme le parvis, dessine un angle par rapport à la façade vitrée afin  de créer une dynamique depuis ESTIA 1 et ESTIA 2 vers l’entrée d’ESTIA 3.

Ayant pour objectif de composer avec les éléments du paysage, notre projet se compose d’un nombre restreint de matériaux : du béton lasuré, du bois et du verre. Le béton de teinte sombre tend, par effet de contraste, à mette en évidence les grandes fenêtres ouvertes sur le paysage habillées de bois de teinte chaude. Le béton lasuré a une finition soignée permettant, suivant les angles de vues, d’accrocher la lumière pour créer un jeu d’ombres et de reflets subtils. Les cadres en bois, comme une signalétique, marquent des éléments forts des façades tels que les terrasses ou l’entrée principale. Nous avons utilisé le paysage comme un matériau, façonné pour créer un talus habité.