50 logements au-dessus des ateliers de la RATP à Paris

Construction de 50 logements au-dessus des ateliers de la RATP site de Vaugirard, Paris 15ème (75)

maître d’ouvrage RATP
maître d’œuvre marjan hessamfar & joe vérons architectes associés mandataires, khephren bet structure
mission loi MOP
démarche NF Habitat HQE – Label Effinerige + – Plan Climat de la Ville de Paris – démarche AEU 2
montant des travaux 6 762 000 € ht
surface 2 948 m² sdp
phase concours janvier 2017

 

L’opération de création de 50 logements au-dessus des ateliers de la RATP fait partie du vaste programme de restructuration et d’insertion urbaine des Ateliers Vaugirard dans le 15ème arrondissement de Paris.

La morphologie du bâtiment est la résultante des continuités volumétriques des bâtiments riverains et de sa superposition aux ateliers de maintenance de la RATP. Les différents immeubles mitoyens ayant des gabarits distincts (R+6 et R+12) le projet accepte une composition verticale en plusieurs strates. En rez-de-chaussée, l’Atelier de maintenance constitue un socle industriel à l’échelle du soubassement des immeubles parisiens. L’accès aux logements y est clairement identifiable dans l’interstice constitué par les voies ferrées d’une part et une voie d’accès pompiers d’autre part.

L’enjeu est de constituer ici une rotule urbaine, capable d’accompagner cette rencontre verticale au sein d’un même bâtiment. Par ailleurs, la rencontre des différents volumes exposant des pignons à des vues et vis-à-vis avec le contexte, nous avons porté une attention particulière à l’orientation des vues et au traitement des façades afin de garantir le respect de l’intimité des logements.

En cela, notre projet est conçu avec une matrice de façade qui accepte les variations volumétriques et dont le traitement peut recevoir plusieurs déclinaisons pour s’adapter à chacun des espaces (loggias, pièces de vie, jours de souffrance, remplissage de façade ou encore en protection solaire).  L’épaisseur du bâti s’accordant sur les alignements de façades, le volume est également creusé pour optimiser les orientations et proposer des logements traversants ou à double exposition (en mettant à profit les jours secondaires).

En cœur d’îlot, les façades s’inscrivent dans l’alignement des immeubles mitoyens et reçoivent des terrasses qui animent la façade par leur alternance de niveau en niveau. L’orientation des logements est répartie de sorte à éviter les vis-à-vis et offrir les meilleures vues.  En façade sur rue, les logements du R+1 au R+4 disposent de loggias qui constituent une véritable extension de l’intérieur vers l’extérieur, tandis que les niveaux R+5 et R+6 en attique, développent de grandes terrasses délimitées par des espaces paysagers qui recouvrent les séparatifs. Ces espaces paysagers représentent par ailleurs un dispositif permettant de mettre à distances les terrasses de la limite séparative de la copropriété et d’éviter ainsi l’installation de clôtures opaques en bout de terrasses.

Dans un souci d’évolutivité du mode d’habiter, l’organisation intérieure met en liaison possible différentes typologies de logement. En reliant un appartement T1 à un T2 ou T3, les logements peuvent proposer des partages en réponses aux usages contemporains que sont les cohabitations entre senior et étudiant, entre famille et enfant adulte, ou encore entre logement et télétravail par exemple. Chaque espace conserve son accès indépendant et le logement dans son ensemble permet d’accepter une évolution du mode de vie des occupants au fil du temps.

Avec sa terrasse-jardin de 200 m2 au R+7, affectée à un potager associatif, le projet propose également un espace partagé qui réintroduit la nature en ville. Cet espace de détente offert aux habitants de l’immeuble représente un lieu de vie et d’échange favorisant les moments conviviaux. Par ailleurs, une réserve destinée à la faune et la flore, prend place en pied de pignon du mur des riverains. D’une surface totale de 150 m2 elle se répartie entre le R+7 (50 m2) et la toiture non accessible du R+10 (100 m2). Cet espace permet également une mise à distance de l’immeuble voisin afin de le préserver des bruits éventuels occasionnés par la partie accessible de la toiture terrasse.